You are currently viewing L’importance hautement stratégique des Antilles pour les Européens au XVIIIe siècle

L’importance hautement stratégique des Antilles pour les Européens au XVIIIe siècle

On ne saurait effectivement assez insister sur l’importance économique vitale qu’ont pris les Antilles pour des pays tels que la France et l’Angleterre au milieu du XVIIIe siècle. Découvertes pour la plupart dès les voyages de Christophe Colomb, colonisées pour les premières d’entre elles dès les décennies suivantes par les Espagnols, les îles des Caraïbes ont rapidement attiré l’intérêt des différentes nations européennes s’étant embarquées dans le grand jeu de l’aventure coloniale (Espagne et Portugal, puis Angleterre, Hollande, Danemark et France). Une situation qui ne met d’ailleurs pas longtemps à transformer l’archipel pour trois siècles en l’un des terrains de rivalité les plus âprement et continuellement disputés du « Nouveau Monde ».

Dans ce petit article extrait de ma grande série sur les origines de la guerre de Sept Ans (un conflit en forme de grand choc entre la France et l’Angleterre parfois considérée par les historiens comme la première véritable « guerre mondiale » de l’Histoire), je vous propose ainsi de revenir sur l’importance économique qu’occupent les Antilles pour l’Europe du Siècle des Lumières (et en particulier sur Saint-Domingue, qui plus que n’importe quelle autre île des Antilles, est probablement le territoire qui a le plus participé au grand essor économique et commercial que la France a connu durant la première moitié du XVIIIe siècle). Bonne lecture !


Il faut se représenter l’importance de ces îles au milieu du XVIIIe siècle : la puissance commerciale est la clé de la puissance financière qui permet de supporter des guerres longues.

Daniel Albert Baugh, « La France aurait dû perdre bien plus encore », entretien extrait du dossier « La guerre de Sept Ans : le Premier Conflit mondial » paru dans le n°21 du Magazine Guerres & Histoire (octobre 2014)

Il faut dire que ces îles ont de quoi susciter les convoitises : grâce à leur climat se prêtant idéalement à l’économie de plantation (mais aussi grâce à leur situation géographique au centre de l’Atlantique et au carrefour des Amériques), les Antilles vont être transformées en à peine deux siècles, grâce au développement du commerce triangulaire et de la traite négrière, en un gigantesque espace de production sucrière (et dans une moindre mesure de café et d’indigo) qui en font l’une des zones économiques les plus productives du globe.

Zoom sur : quatre siècles d’intense traite négrière transatlantique

À défaut d’un long développement sur l’histoire du commerce triangulaire (mais étant important d’en dire tout de même quelques mots ici), je vous propose un extrait d’un ouvrage spécialisé sur le sujet, permettant d’en rappeler les grandes lignes et tragiques aboutissants :

En inaugurant les communications transocéaniques à moyenne et longue distance, l’expansion ibérique des XVe – XVIe siècles a créé un vaste espace de circulation des marchandises et des hommes, qui a lancé un pont entre l’Europe, l’Afrique et les Amériques durant cinq siècles.

Les Portugais furent la première et, pendant cent cinquante ans, la seule nation européenne engagée dans la traite négrière atlantique. À ce titre, ils eurent le contrôle total de l’introduction des esclaves africains en Europe du Sud, dans leurs colonies (Cap-Vert, São Tomé, Brésil) mais aussi dans les Amériques sous monopole espagnol.

Ce premier système esclavagiste ibérique associait l’esclavage des Noirs, l’économie marchande, l’exploitation minière et déjà la plantation sucrière. Ancré en Méditerranée, il connut un premier déploiement dans les îles atlantiques (aux Canaries, au Cap-Vert et à São Tomé), puis dans le monde hispano-caribéen (Hispaniola, Cuba, Porto Rico et l’espace continental de la « Terre Ferme »), avant de prendre son essor dans les Antilles et au Brésil avec la grande économie de plantation.

Cette redistribution des circuits de la traite transatlantique conduisit à l’entrée en scène des puissances européennes du nord de l’Europe à partir du milieu du XVIIe siècle, et à une importante augmentation des flux négriers et du rythme des expéditions : en un siècle et demi, entre 1500 et 1640, 800 000 esclaves arrivèrent au Nouveau Monde contre plus de sept millions au XVIIIe siècle.

Le Portugal eut en tout point un rôle précurseur. Mais il revient à l’Angleterre, à la France et aux Pays-Bas d’avoir implanté dans leurs possessions d’outre-mer les systèmes les plus intensifs de travail forcé et d’avoir développé une culture capitaliste fortement dépendante du commerce des produits coloniaux : café, sucre, alcool, tabac, indigo,…

En cinq siècles, entre le XVe et le XIXe siècle, 34 850 expéditions négrières traversèrent l’Atlantique, conduisant à la déportation aux Amériques de plus de douze millions d’hommes, de femmes et d’enfants africains, sans oublier le million d’esclaves noirs introduits en Europe du Sud.

António de Almeida Mendes, « Les réseaux de la traite ibérique dans l’Atlantique nord (1440-1640) », 2008
Une magnifique carte du Nouveau Monde américain (accompagnée de superbes gravures représentant les grands ports coloniaux des Amériques), espace où les grandes nations européennes acheminèrent ainsi plusieurs millions d’esclave africains, tout particulièrement dans leurs colonies d’Amérique du Nord et dans les îles des Caraïbes.

Schéma classique du commerce triangulaire entre l'Afrique, les Amériques et l'Europe
On ne souligne pas assez, mais l’essor du commerce triangulaire tient aussi beaucoup de certaines grandes caractéristiques géophysiques de l’Atlantique. En effet, de façon générale, les courants et les vents marins sont orientés de l’ouest vers l’est dans l’Atlantique Nord, et a contrario de l’est vers l’ouest dans l’Atlantique centrale. Ainsi, les navigateurs qui souhaitaient se rendre dans les Caraïbes ou sur les côtes nord-américaines avaient pour habitude de d’abord longer les côtes de l’Europe du Sud puis de l’Afrique, et de traverser l’Atlantique au niveau des Tropiques. Pour revenir, à l’inverse, on privilégiait la route de l’Atlantique du Nord, où les vents et le Gulfstream poussent les navires vers l’Europe. Ou quand la géographie a favorisé l’essor de la traite négrière…

De façon générale, il peut être retenu ici que le dénominateur commun de l’ensemble du processus colonial transatlantique qui unit des régions, peuples et cultures aussi différents que ceux des continents européen, africain et américain, fut la violence. Violence des dizaines de millions d’Amérindiens massacrés, expropriés, déplacés, mais surtout ravagés par les maladies importées du Vieux Continent (variole, syphilis,…) auxquelles leur immunité n’était tragiquement pas préparée (certaines régions des Antilles et des Amériques verront les 9/10 de leur population décimée…). Violence des millions de Noirs déportés d’Afrique pour servir dans les plantations, essentiellement antillaises (avec notamment 500 000 d’entre eux sur la seule île française de Saint-Domingue au XVIIIe siècle). Violence des centaines de milliers « d’Engagés » : ces Européens issus des classes les plus pauvres venus au Nouveau-Monde pour tenter d’échapper à la misère de leur pays en contrepartie d’années de travail gratuits dans les plantations et les fermes – une forme d’esclavage à durée limitée… Violence aussi exercée contre les animaux et contre la Nature avec, dès le XVIIe siècle, la survenue de premières grandes catastrophes environnementales induites par la mise en exploitation économique de ces nouveaux territoires (éboulements de terrain, pollutions et épuisements des sols, chasse et quasi-disparition de certaines espèces,…).

Je renvoie les intéressé(e)s et curieux de la « question esclavagiste » vers cette excellente émission du podcast Storia Voce centrée sur l’histoire de la colonisation transatlantique, et en particulier sur les ressorts et mécanismes du processus colonial dans les Amériques (bien plus complexe que l’image que nous avons tendance à en avoir, qui est très influencée par l’idéologie du XIXe siècle).

Cependant, il ne faudrait pas réduire pour autant (comme peuvent y tendre les manuels scolaires) le commerce transatlantique au seul commerce triangulaire. On sait aujourd’hui que dans des grands ports négriers comme Nantes ou Bordeaux, ce dernier ne représentait qu’au maximum le tiers du volume commercial lié à l’activité portuaire, c’est-à-dire bien moins que les échanges commerciaux et les importations directes de produits du Nouveau-Monde (sucre, café, tabac, fourrure, etc.). Au demeurant, il convient de ne pas oublier que seuls 3 à 4% de ces esclaves furent razziés. La quasi-intégralité des esclaves ont en effet pour leur part été achetés aux puissants États qui en pratiquaient le commerce le long des côtes ouest de l’Afrique (États dont l’existence expliquerait aussi, en plus des maladies tropicales, la raison pour laquelle les Européens n’auraient pas colonisés l’Afrique – bien plus proche et bien plus accessible – au profit des Amériques). Et contrairement à une autre encore de nos images d’Épinal issues du XIXe siècle, il ne s’agissait pas d’un achat d’esclaves en échange de produits de « pacotille » (verroterie et autres), mais bien d’un marché, avec des acheteurs et des vendeurs, structuré par les lois de l’offre et de la demande, et qui fit tant la richesse de grandes compagnies privées européennes (en premier lieu portugaises – les premières implantées sur ces côtes) que d’un certain nombre d’importants États africains installés autour du Sahara et du golfe de Guinée (ce commerce avec les Européens ayant d’ailleurs supplanté celui très ancien qui existait avec le monde arabo-musulman et d’autres avant lui depuis la Haute-Antiquité via les routes transsahariennes).

Les grandes routes et réseaux commerciaux au Moyen-Âge
Loin de l’idée d’une période obscure et fermée sur elle-même, le Moyen-Âge, dans la continuité de la période antique, est caractérisé par l’existence de nombreux échanges transcontinentaux entre l’Europe, l’Asie et l’Afrique, comme en témoigne cette magnifique carte des routes et réseaux commerciaux au milieu du Moyen-Âge (carte où l’on peut notamment remarquablement observer – parmi mille détails – la célèbre « Route de la soie » en violet, ou encore les routes transsahariennes, par où transitaient les esclaves issus de l’Afrique noire).

Dans ce « grand jeu » colonial, malgré l’hégémonie espagnole de départ puis la concurrence des Danois et des Hollandais, c’est finalement la France et l’Angleterre qui semblent le plus s’être taillée la part du lion dans les Antilles. Grâce à leurs investissements et programmes de colonisation massifs au cours du XVIIe siècle (mais aussi via la conquête ou acquisition au fil des guerres d’une « île à sucre » par-ci par-là), les Français et les Britanniques y disposent ainsi chacun au début du XVIIIe siècle d’un ensemble de colonies remarquablement prospères. Bien davantage que leurs colonies d’Amérique du Nord, ces îles à sucre s’y apparentent à de véritables « machines à cash », qui font autant la fortune de leurs colons et marchands que la richesse de leur Couronne (grâce aux taxes et aux recettes fiscales générées par l’activité).

Carte de situation générale des Antilles françaises au XVIIIe siècle
Au XVIIIe siècle, les Antilles constituent l’une des principales sources de richesses de la Monarchie française. Vers le milieu du Siècle des Lumières, la France contrôle la quasi-totalité des îles antillaises entre Puerto Rico et la côte guyanaise (dont en particulier, ses deux riches colonies de la Martinique et de la Guadeloupe, qui deviendront un jour des départements d’outre-mer). Mais la perle des Antilles françaises demeure de loin Saint-Domingue, véritable « grenier à sucre » de l’Europe… !

Et la longue période de paix qui a caractérisée la première moitié du XVIIIe siècle a été extrêmement favorable à la poursuite du développement économique de ces îles, y entraînant à la fois l’augmentation de la population blanche, du nombre d’esclaves, de la production de sucre et du commerce atlantique. Parmi ces dernières, encore davantage que la colonie espagnole de Cuba ou la colonie anglaise de la Jamaïque, ce sont les îles françaises (Guadeloupe, Martinique, et surtout Saint-Domingue) qui présentent l’essor économique le plus spectaculaire. À Saint-Domingue en particulier, la production de sucre brut passe de 7 560 quintaux en 1714 à 430 000 en 1742 – soit un quintuplement en moins de trois décennies !

Zoom sur : Saint-Domingue : « l’île à sucre » qui fit la prospérité de la France au XVIIIe siècle !

Si Saint-Domingue fut l’une des premières îles des Caraïbes explorées par Colomb puis colonisées par les Espagnols, elle ne demeura longtemps qu’un vaste espace vierge, essentiellement exploité pour ses quelques mines d’or. L’ouest de l’île en particulier, déserté par les colons espagnols, constitue au XVIIe siècle un vaste repaire de flibustiers et de boucaniers, qui l’utilisent comme base pour leurs activités de piraterie dans la région, tout en y développant quelques plantations de tabac. Quelques colons y ont également développé la culture de l’indigo et du sucre, mais la production demeure dérisoire comparée aux géants que constituent le Brésil portugais mais aussi déjà dans une moindre mesure la Guadeloupe et la Martinique (où l’État français a engagé une vaste entreprise de colonisation à partir des années 1630-1640, faisant de ces îles les pionnières de la grande expansion sucrière française).

L’île de la Tortue au XVIIe siècle : le légendaire théâtre de l’activité de flibuste qui prospère durant ce siècle dans les Caraïbes (réalité historique immortalisée notamment par des films tels que la célèbre série des Pirates des Caraïbes). Jusqu’au début des années 1680, l’ouest d’Hispaniola, déserté par les colons espagnols, constitue en effet un intense repaire de flibustiers, qui s’y appuie sur deux bases principales : l’île de la Tortue sur la côte nord, et l’Île-à-Vache sur la côte sud.

Tout bascule néanmoins à partir du traité du traité de Ryswick de 1697, qui met fin à la guerre européenne (mais déjà d’envergure internationale) de la Ligue d’Augsbourg. Par ce traité, l’Espagne cède en effet officiellement à la France sa suzeraineté sur la partie occidentale d’Hispaniola, qui devient alors la colonie de Saint-Domingue (et bientôt l’une des plus riches des possessions françaises outremers). Vers les années 1680 déjà, après les colonisations réussies de la Martinique et de la Guadeloupe, la France avait imposé sa présence militaire dans l’ouest d’Hispaniola, au détriment des Espagnols, mais aussi des Anglais, qui lorgnaient également sur les grandes îles des Antilles (ces derniers se rabattront sur le développement de la Jamaïque, qui deviendra également au XVIIIe siècle l’une des plus importantes zones de production sucrière du monde). Avant même sa prise de possession officielle au nom de la France, les gouverneurs y avaient ainsi progressivement désarmé les flibustiers, afin de développer une économie de plantation orientée notamment vers le sucre, sur le modèle à succès de la Martinique et de la Guadeloupe.

Le partage de l'île de Saint-Domingue (ancienne "Hispanolia") entre Français et Espagnols suite au traité de Ryswick (1697)
En 1697, par le traité de Ryswick (qui met fin à la guerre de la Ligue d’Augsbourg), la France fait entériner sa souveraineté sur toute la partie occidentale de l’île de Saint Domingue (historiquement sous domination espagnole, et initialement baptisée Hispaniola), où des corsaires et comptoirs français se sont établis depuis près d’un siècle. Cette région (future Haïti) deviendra, avec la Martinique et la Guadeloupe, l’un des lieux centraux de l’expansion sucrière française (qui verra le royaume devenir premier exportateur mondial de sucre au tournant des années 1720).

Suite au traité de Ryswick, la colonie française prend néanmoins définitivement son essor. Dès 1698, est fondée la « Compagnie de Saint-Domingue » (ou « Compagnie Royale des Indes »), qui installe ses entrepôts à Saint-Louis-du-Sud. Afin de nourrir l’énorme population d’esclaves que l’on commence à implanter massivement sur l’île par le biais de la traite négrière, les colons français importent massivement farine et poisson séché de Nouvelle-Angleterre en échange de mélasse. Mélasse qui alimente elle, alors, les distilleries de rhum qui se développent considérablement dans les colonies britanniques de la côte nord-américaine (celles-ci constituent alors en effet l’un des secteurs préindustriels les plus dynamiques du globe, avec la construction navale et le salage de poissons !). Cette « recette » si caractéristique du commerce triangulaire fonctionnera d’ailleurs à plein durant un demi-siècle, et participera tant de l’essor de Saint-Domingue que des colonies américaines, jusqu’à ce que l’Angleterre y mette un frein pour des raisons évidentes de protectionnisme économique.

Le rhum… : encore un produit dont l’essor résume aussi à lui seul la globalisation économique de l’ère moderne. L’explosion de sa production en Nouvelle-Angleterre au tournant du XVIIIe siècle a effectivement beaucoup à voir avec la spectaculaire expansion sucrière de la Saint-Domingue française. La recette était simple, et reposait sur les principes remarquables du commerce triangulaire : les distilleries de Nouvelle-Angleterre achetaient aux Français de la mélasse (du sirop de sucre) à bas coût leur permettant de produire leur rhum, lequel partait ensuite en Afrique pour être échangé contre des esclaves qui, à leur tour, étaient ensuite revendus notamment à Saint-Domingue. La boucle est bouclée… Cette triangulation économique entre colons anglo-américains et français finira par attirer aux premiers les foudres de leur Métropole, qui cherchera à leur imposer tout au long du siècle l’achat exclusif du sucre britannique (plus cher, car plus taxé). Le Sugar Act, voté suite à la guerre de Sept Ans pour renflouer les caisses d’un État anglais surendetté, sera cependant extrêmement mal accueilli par les sujets britanniques d’Amérique du Nord, et participera des grandes racines de la guerre d’Indépendance américaine… !

Sur l’histoire de la guerre d’Indépendance américaine et du rôle de la France dans ce conflit, je renvoie les intéressé(e)s vers cet autre article du blog !

En l’espace d’à peine quelques décennies, la percée économique de Saint-Domingue est fulgurante. Dès 1720, Saint-Domingue est devenue le premier producteur mondial de canne à sucre, éclipsant les grands producteurs du siècle précédent comme le Brésil ou la Barbade. À peine 20 ans plus tard, l’île exporte à elle seule autant de sucre que toutes les îles anglaises réunies, devenant la principale destination des réseaux de traites négrières via le commerce triangulaire. Vers 1730, l’île compte déjà pas moins de 80 000 esclaves ; ils seront 110 000 en 1740, 600 000 en 1776 et jusqu’à 800 000 à la veille de la Révolution française ! Au total, du début à la fin du siècle, ce seront ainsi plus de 860 000 esclaves qui seront déportés de l’Afrique vers la seule Saint-Domingue, soit près de 45 % de la totalité des esclaves importés par la France dans ses colonies (environ 2 millions). Une « réussite » qui n’aura pas manquer d’alarmer le rival britannique, dont le gouverneur de la Barbade dénonçait d’ailleurs dès 1718 le rôle central qui ont joué les colonies anglaises d’Amérique du Nord (qui comme nous l’avons vu ont livré à la colonie française durant des décennies céréales, poissons et viandes en échange de mélasse, participant ce faisant étroitement à la prospérité de la grande concurrente sucrière de la Jamaïque… britannique – mais comme on dit : business is business !).

Populations et productions aux Antilles françaises au XVIIIe siècle
Sur le million d’esclaves déportées au XVIIIe siècle dans les Antilles, plus des ¾ arriveront dans la seule Saint-Domingue. Ces derniers représentent, sur l’île, plus de 90% de la population au moment de la Révolution française (mais 100% des travailleurs des plantations…).

Bien que de nature éminemment sinistre si l’on considère son moteur esclavagiste, l’essor sucrier de Saint-Domingue est d’autant plus remarquable que dans le même temps, l’île s’est également érigée au rang d’un des premiers producteurs mondiaux de café et de coton, grâce aux nouvelles plantations développées au sud et à l’ouest de l’île durant les années 1730-1740. En 1738 en effet, à la demande des fabricants d’indiennes alors en plein essor, la culture du coton se développe également sur l’île, en parallèle du sucre qui reste prédominant. Ce sera un grand succès : 50 ans plus tard, Saint-Domingue représentera un tiers de la production mondiale de coton, au moment-même où la demande explose (rappelons que l’essor de l’industrie du coton sera le principal moteur et catalyseur de la Première Révolution industrielle qui s’engagera en Angleterre à la fin du XVIIIe siècle !).

Et ce n’est encore pas tout. Car non-contente de constituer l’un des leaders mondiaux de la production de sucre et de coton, Saint-Domingue connaîtra, durant la seconde moitié du XVIIIe siècle, ce que les historiens ont appelé la « révolution du café ». Entre 1755 et 1789, grâce au défrichage des hautes terres de l’est de la colonie et l’importation à un rythme encore plus soutenu d’esclaves, la production de la partie française de l’île est en effet multipliée par onze, passant de 7 à 77 millions de livres (en poids), pour représenter plus de la moitié de l’offre mondiale ! Cette progression se fait entièrement par défrichement, ne pénalisant donc pas la culture sucrière et du coton, qui continuent toutes deux d’enregistrer aussi leur pleine croissance.

La prospérité de Saint-Domingue se maintiendra jusqu’au tournant de la Révolution française (qui s’y traduira par une grande révolution menée par Toussaint-Louverture, faisant de l’île le premier territoire de l’espace Caraïbe à déclarer puis obtenir – au prix d’une sanglante guerre… – son indépendance !). Vers 1789 en effet, Saint-Domingue produit la moitié du café et du coton mondial et le tiers du sucre. Ces produits coloniaux représentent alors rien de moins qu’un tiers des exportations françaises, et les deux-tiers du sucre produit dans les îles françaises (avec une production sucrière qui atteindra le record de 86 000 tonnes au cours de l’exceptionnelle année 1789) !


La France est d’ailleurs, de façon générale, la puissance coloniale qui semble le plus avoir profitée de la paix d’Utrecht (du nom du traité qui met fin à la guerre de Succession d’Espagne en 1713). Au tournant des années 1740 en effet, la part du commerce américain a atteint la moitié du commerce total du royaume avec l’outremer (140 millions de livres sur un total de 300 millions). Fait encore plus significatif : celui-ci a enregistré sur la période une croissance moyenne à hauteur de 22% par an, soit une croissance totale du commerce français avec les Amériques de 650% en moins de trois décennies ! À titre de comparaison, bien que toujours deux fois supérieur en volumes, le commerce anglo-américain n’a connu de son côté une croissance « que » de 150% sur la même période. Autant dire que bien que partie bonne dernière dans l’aventure coloniale et maritime, la France rattrape ainsi son retard à toute vitesse ! Ceci, sous l’œil toujours plus inquiet et jaloux de Londres…

Pour celles et ceux que l’histoire européenne intéresse, un autre article consacré à la guerre de Succession d’Espagne, dernier grand affrontement majeur du règne de Louis XIV (qui voit alors toute l’Europe dressée contre lui dans ce conflit !). Une gigantesque guerre continentale (et même déjà d’envergure planétaire), qui redéfinira considérablement la carte des grands équilibres européens…

Si l’exceptionnelle croissance maritime que connait le royaume durant la paix d’Utrecht fait le bonheur et la prospérité de la France de Louis XV et du cardinal de Fleury, il est cependant important de souligner que cette réalité est loin d’être apparente à la majorité de la population. En effet, le poids de l’économie agricole reste prédominant dans la France rurale de l’Ancien Régime, et exceptées les populations résidant à proximité des grands ports atlantiques ou le long des façades littorales, bien peu des millions de paysans que comptent la France ont conscience de l’essor maritime considérable qu’a connu leur pays. Néanmoins, si cette prospérité coloniale et commerciale (et la dépendance croissante de l’économie du royaume à cette dernière qui l’accompagne) n’est donc pas forcément évidente pour l’opinion française, elle frappe les observateurs étrangers comme le lointain roi de Prusse : ainsi notre bon vieux Frédéric II de noter en 1746 que celle-ci est l’« objet de la jalousie des Anglais et des Néerlandais ». C’est en effet l’un des grands paradoxes de la période : la paix apporte une forte expansion (économique, commerciale, coloniale) au pays, laquelle se transforme en facteur de guerre en suscitant l’hostilité croissante du Royaume-Uni. Et comme je vous le raconte dans cette série, il faudra malheureusement beaucoup de temps aux décideurs français pour en prendre conscience, et pousser à des petites hausses de crédit pour la marine de guerre.

Probablement trop tard, d’ailleurs, car comme vous avez pu le constater avec la présentation de l’île de Saint-Domingue, la production sucrière française est devenue d’une importance vitale pour le royaume, et le seul arrêt de ce commerce (comme cela se produit nécessairement en temps de guerre lorsque l’on ne s’est pas doté d’une Marine suffisante) est déjà en capacité de placer la France en situation de grande difficulté financière. Une faille qu’une certaine Grande-Bretagne (qui présente la même dépendance) a d’ailleurs bien cernée, et ne manquera pas d’exploiter… (et en parlant d’exploiter, vous vous attarderez sur la citation ci-dessous, qui a aussi le mérite de rappeler la tragique réalité humaine sur laquelle s’adosse la prospérité des Antilles sucrières…)

Bien plus que les immensités glacées du Canada, ou même les touffeurs moites du Bengale, ce sont les Antilles qui sont le véritable enjeu de la guerre [de Sept Ans, et déjà avant elle de la Succession d’Autriche, NDLR]. L’Europe, en effet, a développé une grave dépendance au sucre de canne produit là-bas, dont la consommation est multipliée par cinq entre 1710 et 1770. Or, cette denrée vient à 4/5e des îles contrôlées par la France et l’Angleterre. La production donne le tournis : de 10 000 tonnes par an en 1700, la production locale française atteint 77 000 tonnes en 1767, dont 63 000 pour la seule Saint-Domingue (actuelle Haïti). Ce commerce génère d’énormes profits dont l’État bénéficie par le biais de taxes : le sucre (mais aussi le café, l’indigo, le coton…) finance la guerre, et il est donc essentiel d’en conserver la production. Naturellement, tout cela repose sur l’esclavage. La seule traite française au XVIIIe siècle représente 1,35 million d’esclaves (sur un total mondial de 5 millions)… Pourquoi autant ? Le travail est dangereux, épuisant, l’hygiène inconnue : vers 1780, deux tonnes de sucre coûtent en moyenne la vie d’un esclave.

Pierre Grumberg, « Antilles : le sucre au goût amer », article extrait du dossier « La guerre de Sept Ans : le Premier Conflit mondial » paru dans le n°21 du Magazine Guerres & Histoire (octobre 2014)

Vous l’aurez compris, la France du XVIIIe siècle tire une large part de sa richesse et de sa prospérité de ses possessions coloniales, en particulier de Saint-Domingue. Nul besoin ce faisant d’une longue démonstration pour expliquer l’étonnant paradoxe qu’il y a à cette époque à observer le constat d’une France qui persiste durant des décennies à ne pas se doter d’une Marine à même de défendre et sanctuariser les colonies et les réseaux commerciaux qui participent pourtant si étroitement de sa vitalité économique. Ce qui va, in fine, lui coûter très cher. Mais c’est une autre histoire… 😉

*****

Pour aller plus loin… 🔎🌎

Ce petit épisode de la série des « Il était une fois… » du blog est en fait extrait de ma grande série consacrée aux origines de la guerre de Sept Ans (1756-1763). Si l’histoire de la France moderne et plus globalement celle des empires coloniaux et du « grand XVIIIe siècle » vous intéressent (ce fut en effet une période charnière de l’histoire moderne), je vous oriente ainsi vers la découverte de cette riche série documentaire traitant de cet immense conflit, considéré par de nombreux historiens comme la première véritable « guerre mondiale » de l’Histoire. Un conflit qui débutera (et se propagera) en effet dans l’ensemble des empires coloniaux du monde, lui conférant ainsi une dimension planétaire et maritime inédite.

Une guerre constituant en outre le plus grand choc de l’intense conflit global qui opposera tout au long du XVIIIe siècle la France et la Grande-Bretagne pour la domination (de la mondialisation) du monde ; une suite ininterrompue de conflits, de Louis XIV à Waterloo, d’ailleurs qualifié de « Seconde guerre de Cent Ans » par certains historiens. Une passionnante série d’articles en forme de grande fresque historique, qui vous portera ainsi des Grandes Découvertes à la chute du Canada et des Indes françaises, et de la fondation des grandes empires coloniaux européens outremers et de la naissance de la mondialisation maritime à l’émergence d’un nouvel ordre mondial caractérisé par l’hégémonie planétaire britannique (sur les plans maritime, colonial, économique,…). Une grande série qui vous amènera aussi à mieux comprendre tant les racines de la guerre d’Indépendance américaine que celles de la Révolution française et des guerres napoléoniennes ; autant d’événements qui structureront décisivement notre monde contemporain !

*****

Et sinon, pour les intéressés et autres curieux, vous pouvez prendre connaissance de tous mes articles, (photo)reportages, récits de voyage, documentations et cartes liés à l’histoire, à la géographie et au patrimoine culturel de l’Europe, des Amériques et plus globalement du monde moderne, en consultant les rubriques du site spécifiquement dédiées à ces domaines (accessibles ici : catégorie « Nouveau Monde » et catégorie « Epoque moderne »).

Et si d’autres sujets et thématiques vous intéressent, n’hésitez pas également à parcourir ci-dessous le détail général des grandes catégories et rubriques du site, dans lesquels vous retrouverez l’ensemble de mes articles et cartes classés par thématique. Bonne visite et à bientôt !

Afrique Allemagne | Prusse | Autriche Amériques & Caraïbes Anciennes civilisations Ancien Régime Angleterre | Grande-Bretagne | Royaume-Uni Antiquité Asie Canada | Québec Culture(s) Economie Epoque contemporaine Epoque moderne Espagne | Portugal Etats-Unis Europe France Gaulois | Celtes Grèce Grèce antique Géographie Histoire de France Histoire du Monde Italie Lozère & Cévennes Monde Moyen-Âge Méditerranée Nature & Environnement Nouveau Monde Patrimoine(s) Pays-Bas Politique Préhistoire Rome antique Russie | URSS Révolution(s) Seconde guerre mondiale Société(s) Urbanisme Voyage


Si vous avez aimé cet article et souhaitez que je puisse continuer à en produire d’autres de ce type, toujours plus riches et élaborés, n’hésitez pas à soutenir mon travail en vous abonnant et/ou en me soutenant via la plateforme de don participative d’Histoire Itinérante (les dons récurrents supérieurs à 2 € générant automatiquement un accès abonné au site !).

Merci, chaque soutien, chaque petit euro, est très précieux et déterminant pour l’avenir du site ! 🙏🙂

Soutenez Histoire Itinérante sur Tipeee

Laisser un commentaire