You are currently viewing Il était une fois : les anciennes divisions ecclésiastiques de la France (1322-1789)

Il était une fois : les anciennes divisions ecclésiastiques de la France (1322-1789)

Une superbe carte des anciennes « divisions ecclésiastiques » du royaume de France, c’est-à-dire l’ensemble des circonscriptions territoriales ressortissant à la juridiction de l’Eglise (plus connues comme les anciens « diocèses »). Jusqu’à la Révolution française, la France demeure en effet un royaume catholique organisé en provinces (à la fois administratives et ecclésiastiques), elles-mêmes divisées en « diocèses » et (la brique la plus petite) en « paroisse » (un terme qui nous reste familier).

Vers la fin de l’Ancien Régime, la France comptait près d’une centaine de diocèses, regroupées en « provinces ecclésiastiques » (à ne pas confondre donc avec les généralités, parfois également appelées provinces). Être le chef-lieu d’un diocèse était alors une fonction importante et prestigieuse, aussi la quasi-totalité des cités qui accueillaient un évêché sont-elles devenues des villes importantes, et le sont souvent restées aujourd’hui (la plupart sont en fait devenues les chefs-lieux des nouveaux départements créés par la Révolution !).

Les diocèses sont au départ une subdivision religieuse, qui nous viennent en lointain héritage du Bas-Empire-Romain. Elles sont mises en place par l’Empereur (romain) lorsque le monde romain bascule dans le christianisme étatique (c’est-à-dire au moment où celui-ci devient religion d’État de l’Empire, au tournant du IIIe siècle ap. J.-C.). Dans sa conception catholique, le diocèse désigne le territoire canonique d’un évêché, c’est-à-dire le territoire relevant de la responsabilité d’un évêque (l’un des plus hauts dignitaires de l’Église dans la France chrétienne). Ces diocèses sont eux-mêmes divisés en « paroisses », qui consistent donc au départ en une subdivision religieuse, mais qui deviendront aussi avec le temps une subdivision administrative au travers de la paroisse civile. Les paroisses constituent la plus petite « brique » du maillage territorial de la France d’Ancien Régime. En 1789, le royaume en comptait 44 000 !

Ces anciennes paroisses du royaume de France, quelque part, nous les connaissons bien : ce seront elles qui constitueront la base des futures « communes » crées par la Révolution française, dont elles reprendront peu ou prou les périmètres, avec parfois une paroisse-village en substituant un autre. Par exemple : avant la Révolution, le village de Julianges est rattaché à la paroisse de Nozeyrolles ; avec la Révolution, cette paroisse deviendra la commune de Julianges, à laquelle sera rattachée le village de Nozeyrolles (ça vous, vous suivez ? C’est pas compliqué pourtant ! – enfin pour l’instant…). Lors de leur création en 1790, puis au cours des deux siècles qui suivront, un certain nombre de ces anciennes paroisses seront groupées et fusionnées, ce qui explique qu’il ne subsiste aujourd’hui « que » 36 000 communes des 44 000 paroisses de départ (soit, tout de même, pour la France à elle seule, près de la moitié du total de l’ensemble des communes d’Europe !).

Les 36 000 communes de France
Une magnifique carte de nos 36 000 communes de France. Notez la proportionnalité inverse entre taille des communes et densité de population : ainsi, les plus « grandes » communes de France se situent-elles dans les régions de haute-montagne (sommets des Alpes, des Pyrénées, crêtes corses,…) et d’anciennes grandes zones marécageuses (comme les Landes ou la Brenne).

Les diocèses, quant à eux, constitueront une des bases à la création des départements – dont beaucoup correspondent à peu de choses près aux territoires des anciens diocèses (le département de la Lozère par exemple correspond ainsi – à quelques découpages près – à l’ancien diocèse du Gévaudan).

Aujourd’hui, le système de paroisse continue toujours d’être utilisé en France par l’Eglise catholique pour le découpage du territoire et l’organisation de ses juridictions (une église et les messes qu’elle y organise étant désignées comme relevant « de la paroisse de … », elle-même rattachée à un diocèse – dont la figure tutélaire demeure l’archevêque). Paroisses, diocèses : autant de « divisions ecclésiastiques » que, malgré leur nom assez tombé en désuétude, nous connaissons finalement assez bien !

*****

Pour aller plus loin… 🔎🌍

Si le sujet de l’histoire de l’organisation territoriale de la France vous intéresse (l’un de mes cours préférés de Master !), n’hésitez pas également à consulter notamment les deux articles suivants – en particulier le premier qui est un véritable cours sur l’organisation et le fonctionnement administratif (justice, religion, fiscalité, etc.) de la France d’Ancien Régime !

Et sinon, pour les intéressés et autres curieux, vous pouvez prendre connaissance de tous mes articles, (photo)reportages, récits de voyage, documentations et cartes liés à plus globalement à l’histoire, à la géographie ainsi qu’au patrimoine (naturel, architectural, culturel) de la France (de l’Antiquité à nos jours), en consultant mes rubriques respectivement dédiées à ces domaines – notamment sa riche cartothèque (accessibles ici : catégorie « Histoire de France » et catégorie « Géographie de France »).

Et si d’autres sujets et thématiques vous intéressent, n’hésitez pas également à parcourir ci-dessous le détail général des grandes catégories et rubriques du site, dans lesquels vous retrouverez l’ensemble de mes articles et cartes classés par thématique. Bonne visite et à bientôt !

Afrique Allemagne | Prusse | Autriche Amériques & Caraïbes Anciennes civilisations Ancien Régime Angleterre | Grande-Bretagne | Royaume-Uni Antiquité Asie Canada | Québec Culture(s) Economie Epoque contemporaine Epoque moderne Espagne | Portugal Etats-Unis Europe France Gaulois | Celtes Grèce Grèce antique Géographie Histoire de France Histoire du Monde Italie Lozère & Cévennes Monde Moyen-Âge Méditerranée Nature & Environnement Nouveau Monde Patrimoine(s) Pays-Bas Politique Préhistoire Rome antique Russie | URSS Révolution(s) Seconde guerre mondiale Société(s) Urbanisme Voyage

Laisser un commentaire