You are currently viewing La grande épopée de la Nouvelle-France (CHAPITRE II) : du comptoir de commerce à la colonie royale

La grande épopée de la Nouvelle-France (CHAPITRE II) : du comptoir de commerce à la colonie royale

Le Canada français et la Nouvelle-France… rien que leurs noms peuvent laisser rêveur.. Ils nous renvoient il y a quelques siècles, quand la France se disputait avec l’Angleterre la place de première puissance d’Europe et du monde colonial et outremer. Une époque où les grandes puissances européennes étaient parties à la découverte du monde, de nouveaux mondes, qu’elles avaient ensuite colonisés, avec plus ou moins (mais plutôt systématiquement beaucoup…) de violence et de succès.

Les Espagnols et les Portugais s’étant déjà partagé le monde entre Est et Ouest, et s’y étant déjà bien installés, c’est avec retard mais vigueur que les autres grandes puissances européennes (France, Angleterre, Hollande principalement) se décidèrent aussi à aller explorer et coloniser ce Nouveau Monde et ses fabuleuses richesses ; sans parler de leur concurrence dans la recherche de son mythique passage menant aux Indes et à la Chine par l’Ouest.

La France, par une certaine forme de hasard des choses, s’aventura et explora le golfe du Saint-Laurent, le remonta, et établi là le berceau de sa future colonie. Les Anglais et les Hollandais préférèrent quant à eux s’installer sur les plaines plus tempérées de la côte Est de l’Amérique, entre la Floride espagnole et le futur Canada français. Et toutes ces colonies se développèrent, s’agrandirent, se peuplèrent. Mais en Amérique du Nord, l’une d’elle, avec peu de moyens, fut abondamment explorée et s’étendit, plus, bien plus que toutes les autres…

Carte des territoires ayant été à un moment contrôlés par la France durant la période 1534-1803

À son apogée, la Nouvelle-France (comme l’on appelle alors l’ensemble de la colonie nord-américaine française) est un territoire immense et grandiose, qui s’étend des Appalaches à l’Est aux grandes prairies à l’Ouest, et de la baie d’Hudson et du Labrador au Nord à la Louisiane et au golfe du Mexique au Sud, en passant par le bassin de Mississippi, les Grands Lacs, et aussi et surtout la vallée et le golfe du Saint-Laurent – le cœur de la colonie. Une immensité de forêts, de lacs, de marais, de roches et de prairies, seulement peuplée de 70 000 colons et de quelques centaines de milliers d’Amérindiens (ces derniers ayant alors déjà été grandement décimés en particulier par les maladies importées par les colons…). Natifs amérindiens avec lesquels les Français sont presque partout alliés et avec qui ils entretiennent de grandes alliances politiques et commerciales (sans parler de l’important métissage qui se développa dès la fondation de la colonie entre ces nations).

Une colonie prospère et baroque mais vide, comparée tout particulièrement aux colonies anglo-américaines voisines, coincées entre les Appalaches et l’océan Atlantique, et dont le million d’habitants se sent bien vite très (trop) à l’étroit. Colons des fameuses « Treize Colonies » qui regardent vers le nord et l’ouest, vers les territoires de la Nouvelle-France, leurs contrées d’expansion naturelle…

Il y aura d’abord des raids et des péripéties. Des conquêtes rapidement restituées, du moins au début. Et puis viendra de façon inévitable la grande guerre, une guerre hors-normes, totale, tragique, épique, et qui décidera du destin de la Nouvelle-France.

C’est ainsi l’histoire peu connue (ou méconnue) de cette extraordinaire colonie, qui nous amènera de l’époque des Grandes découvertes aux grandes guerres de la fin du XVIIIe siècle (et des provinces peuplées et agricoles de France aux immensité quasi-vides et boisées du Canada), que je me propose de vous raconter dans cette vaste fresque historique en trois volets, très richement documentée et illustrée. Bonne lecture !

Le sommaire complet du second chapitre de cette série, dont l’accès intégral sera réservé aux abonné(e)s du blog (alors abonnez-vous ou débloquez l’ensemble du contenu du site pour 1 mois pour seulement 5€, et soutenez ainsi mon travail et mon indépendance ! 🙏😉)

Cela va pas mal de soi, mais je recommande évidemment de commencer la lecture de cette série à son début ! 🙂

Après avoir étudié dans le premier chapitre la découverte et l’exploration du Canada puis l’implantation des premiers établissements permanents dans la jeune colonie française, nous allons pouvoir observer et détailler dans cette seconde partie la formidable mutation que la colonie va connaître à partir de l’arrivée au pouvoir de Louis XIV.

Célèbre « Roi Soleil » et grand artisan de l’affermissement de la puissance française qui va ainsi déployer en direction de la Nouvelle-France une politique de développement d’envergure, faisant de la colonie royale, à la fin du siècle, un immense territoire bien administré et organisé, et couvrant près des deux-tiers de l’Amérique du Nord. Bonne lecture !

*****

La Nouvelle-France : du comptoir de commerce à la colonie royale

Bien avisé par son secrétaire d’Etat de la Marine Colbert (ministère auquel est rattachée la gestion des colonies), le jeune monarque donne dès le début de son règne un véritable coup de barre en direction de sa Nouvelle-France. Dans un premier temps, Louis XIV met fin à l’ère des compagnies commerciales et instaure une administration calquée sur celles en vigueur dans les provinces de France (faisant en quelque sorte de la Nouvelle-France une province française ultramarine, à l’image de nos départements d’outre-mer d’aujourd’hui).

Comme nous l’avons vu, l’administration de la Nouvelle-France qui prévalait jusque-là, et qui consistait à confier l’administration de la colonie à une compagnie qui exerçait un monopole sur la traite des fourrures, et devait en contrepartie s’occuper du peuplement, n’avait pas donné de brillants résultats. Durant toute cette période, la Nouvelle-France demeura une colonie-comptoir, où l’essentiel de la chasse fournissant les pelleteries était le fait des partenaires commerciaux autochtones des Français.

On imagine bien que dans ce cadre de fonctionnement, l’importation de colons ne présentait donc que bien peu d’intérêts économiques pour les compagnies qui se succédaient : il leur suffisait d’entretenir les trois grands postes de traite que constituaient Tadoussac et Québec pour le Canada et Port-Royal pour l’Acadie. Même la tentative de la Compagnie des Habitants, où les coloniaux formèrent eux-mêmes la compagnie détenant le monopole, se solda par un échec (bien aidé il est vrai par la situation catastrophique de la Nouvelle-France durant cette période, où la guerre avec les Iroquois faisait rage).

*****

Objectif 1 : peupler la Nouvelle-France et le Canada français

Dès son arrivée au pouvoir, Louis XIV mit ainsi fin à ce régime avec l’instauration du gouvernement royal. A partir de 1663, le gouverneur de la Nouvelle-France (représentant du roi détenant l’autorité du commandement militaire) se voit ainsi assisté d’un intendant, haut-fonctionnaire compétent recruté au sein d’une bourgeoisie émergente, et ayant à s’occuper des affaires de police, de justice, des finances, et plus globalement, du développement économique et démographique de la colonie. Un « conseil souverain » est également mis en place, ayant vocation à réunir au sein d’un même collège les deux dignitaires (gouverneur et intendant), l’évêque, ainsi que quelques notables triés sur le volet.

Mise en place dans la continuité de la grande réforme de l’administration territoriale conduite en France en 1661, la province canadienne voyait néanmoins quelques spécificités lui être accordées, notamment des gouverneurs qui y conserveraient une importance plus grande qu’en France, du fait de l’isolement de la colonie et des risques encourus sur le plan militaire face aux Iroquois et aux Anglais.

Carte du Canada français et du nord des colonies anglaises d'Amérique du Nord
La Nouvelle-France et le territoire des colonies voisines, en 1664.

Dans le cadre de cette nouvelle politique d’envergure de développement de la Nouvelle-France, une des premiers gros dossiers arrivant sur la table de Colbert est celui du sous-peuplement chronique de la colonie. Résultat notamment des politiques mercantilistes des compagnies successives de traite des fourrures, très peu de colons ont été encouragés ou financés à venir s’installer en Nouvelle-France.

Depuis près d’un siècle, ceux-ci arrivent aux compte-gouttes : on considère ainsi l’agriculteur Louis Hébert et son épouse Marie Rollet, installés dans la colonie en 1617, comme les premiers véritables colons de la Nouvelle-France. Si au milieu des années 1630, quelques familles de la région du Perche choisissent Québec et la Nouvelle-France, cela reste des cas isolés. En 1640, la colonie ne compte guère plus de 400 habitants. En 1661, ils seront à peine 2 500 (sur un territoire grand comme deux fois la France – bien que l’essentiel des colons se concentrent dans la vallée du Saint-Laurent).

Colonisateurs en Nouvelle-France, vers 1690.
(© Francis Back pour le site québécois Anecdotes Historiques)

Des chiffres à mettre en perspective avec les colonies anglaises voisines, qui au même moment, comptent déjà plus de 30 000 habitants, une population toujours en plus forte croissance. Alors que la France est alors de loin le pays le plus peuplé d’Europe, elle fournit incomparablement moins de colons nord-américains que les îles britanniques. Il existe à ce titre de nombreux éléments contextuels expliquant cette dissymétrie.

Les Britanniques ont bien davantage de raisons de quitter leurs pays natal et de venir s’installer au Nouveau Monde que les Français de la même époque. Les persécutions religieuses qu’y endurent là-bas une frange importante de la population, ainsi que le climat structurellement plus rude de l’Angleterre (surtout à cette époque du petit âge glaciaire), ne pouvant que favoriser ce vaste mouvement d’émigration des classes pauvres et religieusement persécutées vers les territoires tempérés et libres des colonies britanniques.

Deux autres facteurs importants (dont ne bénéficiait pas la Nouvelle-France), jouèrent aussi substantiellement en faveur du peuplement des Treize Colonies : leur facilité d’accès par mer douze mois par an, et leurs terres riches au climat doux, propices au développement de nombreuses activités agricoles et commerciales (notamment celles axées sur les produits exotiques : tabac, coton,…).

Une superbe peinture représentant le célèbre Mayflower quittant Plymouth pour l’Amérique

La Nouvelle-France, quant à elle, se voit à l’époque beaucoup moins attractive pour les populations françaises et leur riche pays agricole au climat agréablement tempéré. En métropole, en effet, la Nouvelle-France n’a pas bonne presse : traversée longue et éprouvante (en moyenne 10% des passagers y perdent la vie), hivers difficiles et climat extrêmement hostile, implantation très laborieuse pour des Français majoritairement urbains, attaques iroquoises surprises, souvent suivies de tortures… Rien pour susciter des vocations !

Une émigration française existait bien pourtant à cette époque, mais elle se dirigea plutôt vers les colonies des Antilles (où la mortalité était pourtant très forte en raison des maladies tropicales), ainsi que vers la péninsule ibérique, où les artisans aussi bien que les travailleurs non qualifiés étaient attirés. Par contraste, la Louisiane, l’Acadie, et par-dessus tout la vallée laurentienne avec son hiver sibérien et ses attaques iroquoises, conservèrent longtemps leur mauvaise réputation. Les autorités en charge du développement de la Nouvelle-France devaient donc trouver urgemment des moyens d’attirer des colons et de peupler cette grande colonie vide.

Illustration de l'hiver au Canada français
Une illustration de l’hiver canadien pour les colons français (#MaCabaneAuCanada)

La première mesure que met en place le secrétariat de la Marine répond directement à un grave problème dans le problème dont pâtit la colonie sur sa problématique démographique : celui du déséquilibre des sexes. En effet, non seulement la colonie souffre depuis son origine d’un grave déficit de colons, mais supplémentairement, presque tous les immigrants sont des hommes, très peu de familles s’étant installées pour défricher des terres (une des raisons qui pourraient également expliquer pourquoi Champlain s’était pragmatiquement montré aussi ouvert au métissage).

Afin de remédier à ce premier problème, dès 1663, est mis en place un programme de recrutement de « filles à marier ». De 1663 à 1673, près de 770 orphelines d’origine très modeste, munies d’un certificat de bonnes mœurs fourni par le curé, traversent ainsi l’Atlantique et font souche en Nouvelle-France. Elles donneront naissance à elles-seules à 4 500 bébés.

Appelées les « Filles du Roy », ces orphelines provenaient pour la plus grande partie d’entre elles de l’hôpital général de Paris, où étaient placées des filles de différentes classes sociales, dont des familles de gentilshommes indigents. Il est ici intéressant de noter que la forte proportion de parisiennes parmi ces femmes de familles pionnières entraîna une rapide uniformisation des parlers dans la colonie en faveur du « français du roi » (la France parlant à l’époque, selon la province, des patois très différents – breton, basque, occitan, etc.).

Une "fille du Roy" à son arrivée au Canada français
Gravure représentant une des “filles du Roy” lors de son arrivée en Nouvelle-France

Une autre anecdote relativement cocasse à noter sur ce thème est le choix de l’Etat français de mettre un terme à ce programme en 1673 et de ne plus encourager aussi fermement l’émigration au Canada de peur de… « dépeupler le Royaume » ! Il était convenu que désormais, c’est par croissance naturelle que la population du Canada (qui avait doublée durant la période) devrait se faire, selon l’idée d’alors que cela permettrait au caractère distinct des Canadiens de s’en affirmer que plus rapidement. Cette croissance naturelle, il est vrai, était importante : en moyenne, la population doublait tous les vingt-cinq ans. Mais la Nouvelle-France accusait un tel retard avec ses voisines britanniques, qui jouissaient elles à la fois d’une immigration soutenue et d’une croissance naturelle forte, que l’écart devait inexorablement devenir si disproportionné que le petit poisson en viendrait par être mangé par le gros…

*****

Objectif 2 : protéger et défendre la Nouvelle-France

La suite de cet article est réservée aux abonnés !

 

Abonnez-vous (ou prenez une offre Découverte à 5 € sans abonnement) pour accéder à l'intégralité des contenus du site et soutenir mon travail ! 🙏😉

 

Histoires itinérantes, ce sont des heures de lectures passionnantes et enrichissantes qui vous attendent autour de grands thèmes historiques ! 🌎🏛

 

==>  Voir les OFFRES d'ABONNEMENT 

 

Déjà abonné ? Connectez-vous ci-dessous !

*****

… Fin du Chapitre II …

Dans le troisième et dernier chapitre (disponible ici), nous allons voir comment la montée en puissance de la Nouvelle-France tout au long du XVIIe et XVIIIe siècles (que ce soit en termes économiques, territoriaux, militaires ou de peuplement), puissance qui n’a pas cessé d’inquiéter ses populeuses voisines britanniques, va finalement (et d’une certaine façon inexorablement) dégénérer en un affrontement généralisé.

Ainsi verrons-nous comment une succession d’échauffourées transformeront une guerre intercoloniale en une véritable guerre générale et totale entre la France et l’Angleterre, cette dernière s’apprêtant à déployer des moyens colossaux pour abattre une bonne fois pour toute le Canada français.

Les Franco-canadiens, bien plus isolés et moins bien ravitaillés que les Treize Colonies, résisteront-ils à la force de frappe anglaise ? C’est ce que nous verrons dans le détail dans cet ultime chapitre, où pour la Nouvelle-France, les destructions et les défaites côtoieront la résistance et la gloire.


Si vous avez aimé cet article et souhaitez que je puisse continuer à en produire d’autres de ce type, toujours plus riches et élaborés, n’hésitez pas à soutenir mon travail en vous abonnant et/ou en me soutenant via la plateforme de don participative d’Histoire Itinérante (les dons récurrents supérieurs à 2 € générant automatiquement un accès abonné au site !).

Merci, chaque soutien, chaque petit euro, est très précieux et déterminant pour l’avenir du site ! 🙏🙂

Soutenez Histoire Itinérante sur Tipeee

Laisser un commentaire