You are currently viewing La Nouvelle-France (1534-1803)

La Nouvelle-France (1534-1803)

Une carte de l’ensemble des territoires des actuels Etats-Unis et Canada ayant à un moment été sous contrôle/aire d’influence de l’ancienne colonie française d’Amérique du Nord, baptisée et connue aujourd’hui sous le nom de « Nouvelle-France ». Une colonie fondée au début du XVIe siècle et définitivement perdu en 1803 avec la cession de la Louisiane par Napoléon ; la partie la plus importante et la plus peuplée de la colonie – l’actuel Québec – ayant déjà été conquise et cédée aux Anglais en 1763 suite à la guerre de Sept Ans (voir mon article consacrée à l’histoire de cette conquête ici).

Carte de la Nouvelle-France et des territoires ayant été à un moment contrôlés par la France durant la période 1534-1803
Pour découvrir l’histoire passionnante de ce qui fut la plus importante colonie (en termes de superficie) du premier empire colonial français (à ne pas confondre avec le second des XIXe et XXe siècles), je vous renvoie vers mon article en trois parties dédié à cette thématique (accessible en cliquant ici).

L’histoire du Québec et de la Nouvelle-France nous renvoient il y a quelques siècles, quand la France se disputait avec l’Angleterre la place de première puissance d’Europe et du monde occidental. Une époque où les grandes puissances européennes étaient parties à la découverte du monde, de nouveaux mondes, qu’elles avaient ensuite colonisés, avec plus ou moins de violence et de succès.

Les Espagnols et les Portugais s’étant déjà partagé le monde entre Est et Ouest, et s’y étant déjà bien installés, c’est avec retard mais vigueur que les autres grandes puissances européennes (France, Angleterre, Hollande principalement) se décidèrent aussi à aller explorer et coloniser ce Nouveau Monde et ces fabuleuses richesses, sans parler de la concurrence pour trouver son mythique passage menant aux Indes et à la Chine par l’Ouest.

La France, par une certaine forme de hasard des choses, s’aventura et explora le golfe du Saint-Laurent, le remonta, et établi là le berceau de sa future colonie. Les Anglais et les Hollandais préférèrent quant à eux s’installer sur les plaines plus tempérées de la côte Est de l’Amérique, entre la Floride espagnole et le futur Canada français. Et toutes ces colonies se développèrent, s’agrandirent, se peuplèrent. Mais l’une d’elle, avec peu de moyens, fut abondamment explorée et s’étendit, plus, bien plus que toutes les autres…

A son apogée, la Nouvelle-France, comme on appelle alors l’ensemble de la colonie nord-américaine française, est un territoire immense et grandiose, qui s’étend des Appalaches à l’Est aux grandes prairies à l’Ouest, et de la baie d’Hudson et du Labrador au Nord à la Louisiane et au golfe du Mexique au Sud, en passant par les Grands Lacs et la vallée et le golfe du Saint-Laurent, le cœur de la colonie. Une immensité de forêts, de lacs, de marais, de montagnes et de prairies, seulement peuplée de 70 000 habitants. Une colonie prospère et baroque mais vide, comparé aux colonies anglaise, coincés entre les Appalaches et l’océan Atlantique, et dont le million d’habitants se sent bien vite très (trop) à l’étroit. Anglais qui regardent vers le nord et l’ouest, vers la Nouvelle-France, leurs contrées d’expansion naturelle. Il y aura d’abord des raids et des péripéties. Des conquêtes rapidement restituées, du moins au début. Et puis viendra de façon inévitable la grande guerre, une guerre hors-normes, totale, héroïque, et qui décidera du destin de la Nouvelle-France.

Une histoire ainsi à découvrir dans une série de 3 longs articles richement illustrés et documentés. Articles qui, de l’exploration du Canada à la cession de la Louisiane par Napoléon, des premiers comptoirs de commerce à la colonie royale, des alliances amérindiennes au grand conflit final avec l’Angleterre et ses colonies américaines voisines (et au travers de multiples et superbes cartes et illustrations), vous emmèneront ainsi à la découverte de l’ancienne Amérique française, à l’histoire aussi épique et surprenante que tragique. A bientôt !

Laisser un commentaire