You are currently viewing [L’histoire en cartes] Les pays du monde à leur taille réelle

[L’histoire en cartes] Les pays du monde à leur taille réelle

Nous savons bien combien, dans notre société de l’image et de la connaissance, les représentations ont leur importance. Une des plus incontournables, celle du monde, semble pourtant aujourd’hui véhiculer le plus d’erreur et de vision faussée. Nul complot ni projet machiavélique cependant dans le constat établi par la carte ci-dessus ; seulement de l’inertie, et de l’histoire.

Comme vous ne l’apprendrez probablement pas ici, il est en effet impossible de représenter rigoureusement la sphère qu’est notre planète sur un plan. De facto, tout planisphère déformera mécaniquement un tant soit peu les dimensions rigoureuses des géographies qu’il matérialise. Rien de neuf sous le soleil, donc.

Problème : les planisphères « classiques » (ceux dont nous avons globalement le plus l’habitude depuis l’école) ne font pas « qu’un peu » déformer : ils modifient parfois si considérablement les proportions des espaces géographiques qui s’y voient représentés que la taille réelle des pays (et surtout leurs rapports de grandeur entre eux) peuvent ainsi finir complètement biaisés dans les esprits. Résultat qui n’est pas sans conséquence dans notre société de l’image d’aujourd’hui, sans avoir toutefois été spécifiquement recherché. Car cet état de fait ne vient pas de nul part, et a aussi une riche histoire : voyons donc cela en cartes !


Un planisphère « classique » déformant considérablement les proportions réelles des continents et des pays du monde

Notre bon vieux planisphère habituel

Ce planisphère, nous le connaissons bien : il structure pour la plupart d’entre nous notre vision de la Terre, du monde et de la taille de ses pays depuis l’enfance. Peu de gens connaissent néanmoins l’origine et les immenses défauts de ce planisphère, que l’on appelle la projection de Mercator, du nom de Gérard Mercator, géographe des Pays-Bas.

Cette dernière date en fait de 1569. Elle fut très utilisée par les navigateurs (le XVIsiècle ayant été le grand siècle de la navigation) parce qu’elle conserve les angles, et donc permet de reporter sur la carte les angles mesurés au compas ; une efficacité maritime qui expliquera ainsi son succès.

Mais le terme le plus important de cette affaire est en fait ici celui de « projection ». La Terre étant plus ou moins ronde, un à plat ne peut être qu’une projection plus ou moins fidèle.

La méthodologie de projection habituellement utilisée pour passer de la sphère au planisphère

Et c’est là que le bât blesse. Car la projection de Mercator, à l’utilisation vieille de plusieurs siècles, pose un très gros problème : elle déforme considérablement les distances et les surfaces, les majorant à mesure que l’on se rapproche des pôles et que l’on s’éloigne de l’Equateur (l’Afrique et l’Amérique du Sud, par exemple, y paraissent ainsi beaucoup plus petites qu’elles ne sont en réalité, une problématique sur laquelle le magazine Géo revient en détail dans un de ses articles :

Mise au point par le mathématicien et géographe flamand Gérard Mercator au milieu du XVIe siècle, la projection de Mercator est l’une des représentations du monde les plus anciennes et les plus utilisées. Si son inventeur a réussi l’exploit de représenter la totalité de la surface sphérique de la Terre sur une carte plane, ce qui a grandement aidé à la navigation nautique à travers les siècles, son procédé a ses limites : bien qu’elle conserve les angles, la projection de Mercator a tendance à déformer les surfaces et les proportions, surtout aux niveaux des pôles.

Pourtant largement adoptée à travers le monde, la projection de Mercator est ainsi aujourd’hui critiquée, car elle donnerait une idée fausse de la taille réelle des pays. Ceux de l’hémisphère nord sont par le procédé “gonflés” par rapport au continent africain et à la zone intertropicale. Alors que le Canada et la Russie semblent visuellement occuper 25 % de la surface terrestre, ils n’en occupent en réalité que 5 %. Le site The True Size (“la véritable taille”) permet d’observer ce phénomène, en donnant aux internautes la possibilité de comparer la superficie des différents États.

Article en ligne du magazine Géo : « Connaissez-vous véritablement la taille des pays ? Cette carte vous permet de visualiser leur superficie sans déformation »
Deux projections comparées : celle de Mercator (la plus classiquement utilisée), et celle de Gall-Peters

Voilà qui nous en amène à un constat édifiant et bien problématique dans un monde régi plus que jamais par l’image : le planisphère que nous utilisons ainsi depuis l’école et auquel nous sommes si habitués (celui du géographe flamand Gérard Mercator donc), déforme de façon tout à fait considérable la réalité des envergures et des étendues physiques des cinq grands continents du monde et de leur pays respectifs. Une distorsion particulièrement flagrante dans le cas de la Russie, du Canada ou du Groënland, qui apparaissent ainsi jusqu’à 5 à 10 fois plus grands que leur taille réelle via cette projection.. ! Constat que met particulièrement bien en évidence cette autre carte :

Les pays du monde à leur taille réelle (planisphère et projection de Mercator corrigés)
Taille “réelle” des pays projetée sur le planisphère (la projection) de Mercator

Mais à quoi ressemblerait alors une projection plus fidèle ?

*****

Une proposition de solution : la projection de World Authagraph Map

Planisphère du projet Authagraph World Map, mené au Japon (la représentation la plus fidèle de notre planète, via une projection de 96 triangles qui préserve la proportion des continents)
Extrait de l’article du site Partir.com : « Des cartes pour comprendre le monde » (et une qu’a priori vous connaissez bien ! 😉

Elle peut vous paraître un peu bizarre, à moins que vous la connaissiez déjà, ou que vous en soyez peut-être déjà finalement un peu familiarisé en fréquentant ce site (dont cette projection n’est autre que la bannière du blog.. !).

Ce planisphère revisité nous vient du Japon et est le résultat du travail de l’architecte Hajime Narukawa, dans le cadre d’un projet collectif appelé le “World Authagraph Map”, mené en 1999 (mais réellement médiatisé qu’à partir de 2016). L’architecte japonais a remporté plusieurs prix et sa carte est aujourd’hui en passe d’être considérée comme la plus représentation la plus fidèle de notre planète (ce n’est évidemment pas parfait mais c’est en effet ce qui s’en approche le plus pour le moment). Pour la petite histoire, Narukawa s’est inspiré de la projection de Fuller (de 1946), dont il a repris le principe de construction, que l’on peut modéliser de la façon suivante :

Le planisphère crée par le projet World Authagraph Map reprend le principe de celui de Fuller, avec cette fois la projection de 96 triangles préservant la proportion des continents.

L’idée de Hajime Narukawa était ainsi de réussir à garder les bonnes proportions de la projection de Fuller mais dans un planisphère rectangulaire. Pour « l’Authagraph » (nom donné à cette carte), Hajime Narukawa a d’abord divisé la sphère que constitue notre globe terrestre en 96 triangles. De là il a pu en faire une sorte de pyramide à base triangulaire (un tétraèdre en géométrie), puis ensuite un rectangle – autant d’étapes nécessaires pour conserver la plus grande précision possible dans les rapports entre les masses continentales (à noter d’ailleurs pour les intéressé(e)s la possibilité d’acheter le kit pour la reproduire vous-même.. !).

Les étapes de modélisation du planisphère avec la projection Authagraph

L’initiative du World Authagraph Map est loin de ne porter à ce titre aucune finalité politique. La nouvelle projection de la planète établit par Hajime Narukawa s’appuie en effet sur l’idée-maîtresse que les changements climatiques rendraient nécessaire une visualisation différente de la planète, notamment dans l’appréhension des rapports terre/mer.

La projection de Mercator nourrit en effet l’impression de grandes masses continentales bien distinctes entre lesquelles se situent « un peu de flotte » (pour reprendre l’ironique formulation de Titiou Lecoq dans son article de Slate consacré à cette carte). Alors qu’au contraire, dans la projection Authagraph (et encore plus dans celle de Fuller), on a davantage la perception et le ressenti d’un « grand océan au milieu duquel surnagent des continents dont on perçoit beaucoup plus l’unité » (Lecoq). Une toute autre vision du monde.. !

Projection de Fuller avec les océans invisibilisés

Autre outil : « The True Size », un chouette site pour comparer la superficie des pays entre eux

Pour répondre à la problématique (géographique, mais aux conséquences philosophiques, sociales et politiques) posée par les déformations que portent notre planisphère “classique”, une autre initiative remarquable est née il y a quelques années, fruit du travail de passionnés : The True Size. Conçu comme un outil interactif, ce site permet de faire glisser et de déposer plusieurs pays sur la carte du monde (par défaut la Chine, les États-Unis et l’Inde), afin de comparer leur taille relative.

La transformation qui se produit lorsque l’on s’exerce à éloigner ces derniers de leur latitude normale laisse ainsi peu de doute sur la distorsion causée par les projections cartographiques usuelles. Le Groenland et son apparente considérable étendue semble à nouveau bien plus petit une fois superposé à l’immense continent qu’est en réalité l’Afrique (près de quatorze fois et demie plus grand !). Grâce à une barre de recherche, il est en outre possible de faire apparaître les contours de n’importe quel autre pays pour en évaluer la taille en fonction d’où l’on les situe par rapport à l’équateur.

Ci-dessous en exemple quelques images des réalités géographiques « réelles » que l’on peut ainsi observer grâce à ce chouette outil cartographique (donnant ainsi une véritable idée de la taille réelle des pays du monde les uns vis-à-vis des autres) :

Le Groënland constitue le cas d’espèce de l’espace géographique considérablement déformé par la projection de Mercator, comme l’outil The True Size le fait apparaître spectaculairement ici !
Autre projection comparative du Groenland avec la France, observable ainsi à leur taille réelle comparée (et vus aux latitudes respectives de l’un et de l’autre)
La Russie, autre pays considérablement déformé par la projection de Mercator (ce qui ne l’empêche pas pour autant de demeurer un immense pays – de très loin le plus grand du monde)
La Russie, l’Australie, les Etats-Unis et le Groenland, projetés à proximité les uns des autres et de l’Equateur ; une projection permettant de voir leurs tailles réelles comparées (où l’on constate notamment à quel point tout de même l’Australie est grande – très grande.. !)
Projeté à la latitude du nord du Canada, le Japon n’apparaît pas si petit que ça.. !
Une dernière projection pour la route : celle des Etats-Unis au niveau de l’Europe (où l’on constate et comprend bien à ce titre l’immensité et l’opportunité qu’a pu constituer ce « Nouveau Monde » pour une Europe alors surpeuplée et une paysannerie miséreuse et désireuse de propres terres à vivre)

Se familiariser avec cette “véritable” géographie du monde est loin d’être un acte aussi anodin qu’il peut n’y paraître, car comme le souligne à juste titre le magazine Géo dans son article, « l’image de la superficie des pays dans l’inconscient forge, dès l’école, une opinion parfois biaisée des relations entre les différentes puissances ». Une philosophie également partagée et à l’origine de l’initiative des créateurs de The True Size, qui espèrent ainsi à ce titre que « les enseignants l’utiliseront pour montrer à leurs élèves à quel point le monde est grand ».

*****

Finalement, pour bien saisir la pleine réalité géographique de la Terre et des formes, distances, envergures et proportions de ses continents et océans (et ce faisant la taille réelle des pays du monde), rien ne vaut mieux peut-être et ne remplacera jamais un bon vieux globe terrestre.. ! 🌍🌎🌏


Un bonus pour les passionnés de géo : les pays du monde classés par superficie décroissante

Pour ceux que la géographie du monde intéresse, vous trouverez également dans la riche cartothèque du site un autre chouette « article-carte » détaillant la géographie physique de l’ensemble des pays du monde, classés par taille décroissante (et où je vous propose un petit « Top 20 » des plus grands pays du monde, accompagnés de quelques données géographiques, démographiques et historiques de chacun d’entre eux) :

Bonne lecture aux intéressé(e)s !

Et sinon, pour les intéressés et autres curieux, vous pouvez prendre connaissance de tous mes articles, (photo)reportages, récits de voyage, documentation et cartes liés plus globalement à la géographie ainsi qu’à l’histoire du Monde, en consultant mes deux rubriques respectivement dédiées à ces deux domaines (accessibles ici : catégorie « Géographie » et catégorie « Histoire du Monde »).

Et si d’autres sujets et thématiques vous intéressent, n’hésitez pas également à parcourir ci-dessous le détail général des grandes catégories et rubriques du blog, dans lesquels vous retrouverez ainsi l’ensemble des articles et cartes liés à ces dernières. Bonne visite et à bientôt !

Afrique Amériques Anciennes civilisations Ancien Régime Angleterre / Royaume-Uni Antiquité Asie Canada Culture(s) Cévennes Economie Environnement Espagne Etats-Unis Europe France Gaulois Grèce Grèce antique Géographie Histoire de France Histoire du Monde Histoire moderne Italie Lozère Monde Moyen-Âge Méditerranée Nature Nouveau Monde Patrimoine(s) Politique Préhistoire Rome antique Russie / URSS Révolution(s) Société(s) Urbanisme Voyage

Cet article a 2 commentaires

  1. Tandonnet

    Qu’en est-il de la théorie de “la terre plate” ? Humour 🤗

  2. Olivier

    Pourquoi ne parlez vous pas de la projection de Peters ?

Laisser un commentaire